Terra nostrum



A l'orée des anneaux de Saturne qui tourne
Qui pourrait soupçonner qu'au loin cette lueur,
Ce petit point bleuté que le vide contourne
Est comme un poing de chair aux nervures de fleur.

Ô Mars ! Ô monde ancien ! Dans ton obscurité
Ce disque est tatoué comme une peau indienne !
Il peint son hémisphère avec célérité
Au couteau irisé dans la nuit d'obsidienne.

Et la paupière ouverte aux champs noirs de l'espace
Ce globe fait offrande au phare de la Lune
De ses nuages blancs de ces instants de grâce
Où la vie souffle un vœu sous le ciel à la brune.


-------------------------------------------------------------------------
Tweeter ce poème