Ex Tenebris



La nuit est tombée sur leurs rires d’hommes libres
Sur leurs lignes de vies balayées en rafales
Par les feux grandissants d’ombres folles, létales.
On ne devrait jamais mourir pour des dessins.

Debout, peuples du monde ! J’entends votre clameur
S’élever jusqu’au ciel pareille à des oiseaux
Anonymes lueurs aux pétillants flambeaux
Qui esquissent au loin des figures sans peur.

Demain d’autres seront le crayon à la main
Et les enfants riront, les épaules légères,
De ces bulles croquées aux mines langagières
Moins veules que la nuit, plus vives qu’un venin.

Ecrit le 28 01 2015


-------------------------------------------------------------------------
Tweeter ce poème