Après la tristesse



Je regarde les mouches le ciel est livide
Là où mes yeux se posent ne vole l'oiseau bleu
Que lorsque la vitre sourit d'un dard timide
Et que les noirs rayons de mon coeur ont pris feu.


-------------------------------------------------------------------------
Tweeter ce poème